08 juillet 2008

Cannes, jour 1

Par Fadette, mercredi 14 mai 2008 à 17:34

N'écoutant que mon courage, me voilà partie à l'assaut des marches... Cannes, here I come!

Première étape, s'accréditer, en clair, aller chercher le badge magique qui nous clamera officiellement journaliste couvrant le festival de cannes. Une pièce d'identité, et hop, voilà le sésame délivré. Le mien est bleu pâle, pas de chance me diront les collègues à la sortie. Ben oui, petite nouvelle= bleu pale, en clair: on fait la queue pour peut-être avoir une chance de pouvoir rentrer dans les salles. Ben oui, il faut attendre que la presse « rose » ou, classe suprême la « rose pastillée » soit entrée dans ses quartiers. Après on voit s'il reste de la place pour les plébéiens bleus. Ça met dans l'ambiance tout de suite, rien n'est laissé au hasard au festival de Cannes, tout est codifié et prévu.

Peu importe, c'est mon premier festival de cannes, je suis armée de bonnes intentions, et de bonnes chaussures. Je n'ai donc plus qu'à faire la queue avec les autres pour pouvoir rentrer à la séance de 10h du premier film en compétition, celui qui fera l'ouverture, "Blindness" de Fernando Mireilles. J'avoue un peu de frustration tout de même face aux collègues qui me passent devant, mais bon, le statut de petite nouvelle n'a pas que des inconvénients, enfin, je vais bien trouver des avantages, non?

Finalement je rentre, devoir se lever tot pour prendre le bus n'a pas que des mauvais cotes. Je ne suis pas au bout de mes surprises, puisqu'à l'intérieur, une fois le contrôle des sacs et le passage au détecteur de métal fini, c'est la foire d'empoigne. Les « roses » sont en bas, tranquillement installés, et les « bleus pâles » tentent de trouver des places au balcon. Pas évident, surtout que le film commence. Mais faisable, même s'il faut voir le film de côté. Blindness c'est l'histoire d'une catastrophe mystérieuse qui remet en cause les fondements d'une société. D'un coup les gens deviennent aveugles, ils ne voient plus qu'un océan de blanc... Forcément ça fait peur, surtout que ça a l'air hyper contagieux. Les premiers contaminés se retrouvent donc parqués très vite dans un ancien hôpital où on leur livre à peu près de la nourriture... A peu près.

C'est un drôle de film pour une ouverture, qui parle de l'absence d'images, et de la vision que l'on peut avoir du monde. Un film qui parle forcément beaucoup au président, Sean Penn, homme toujours très impliqué dans notre monde actuel, et les soucis politiques. Bien sûr le film de Mireilles revient aussi à notre responsabilité, dans les médias ou en tant qu'être « sociétaux », puisque les tentatives d'organisation de tout cela vont vite tourner au cauchemar.

Vite vite vite, conférence de presse. La bonne nouvelle c'est que la salle est pleine de roses, et que les bleus pales se font vite refouler à l'entrée. Pas de soucis, un ami m'a indiqué un bon endroit pour suivre le tout, à la télé du festival... Me voilà donc à regarder, alors qu'ils sont dans la salle d'à côté, Fernando Mireilles, Dany Glover, Julianne Moore, Gael Garcia Bernal...

Pas de grands scoops, tout s'est bien passé, ils se sont bien amusés, et Julianne Moore, rousse à l'origine, a bien surpris tout le monde en se faisant blonde pour le film. Pas de scoop non plus pour la conférence de presse du jury, Sean Penn veut que les cinéastes montrent dans leur film qu'ils ont conscience du monde dans lequel ils vivent, que le public soit le meilleur possible pour tous les films, et fumer sa clope tranquillement, y compris en conférence de presse.

Me voilà donc aujourd'hui officiellement « festivalière », complètement paumée, mais contente de pouvoir être là où ça se passe, enfin tout près ;-). Très fière aussi de pouvoir porter mon badge, même s'il est bleu, et d'avoir mon casier presse à moi, où les attachés m'envoient des nouvelles des films etc...

Ce soir à 19h je vais tenter d'aller voir la "Valse avec Bachir", le film d'animation de la compétition... Et demain? On recommence!


Commentaires

1. Le mercredi 14 mai 2008 à 22:31, par martinpo

Ils auraient pu te donner un badge rose pastille pour ton anniversaire quand même!

2. Le jeudi 15 mai 2008 à 10:17, par nini

Waaaahhhhh la méga class qd même Fadette!!!!! Jveux tout savoir, les potins! les potins! et accessoirement, les films.. Mais d'abord, des photos de Brad Pitt sivouplait!!!!!!!!!! Bon courage pour circuler dans ce monde apparemment très cruel où même les critiques se prennent pour des stars. (mais que les roses bien sur) A bientot, pour de nvelles aventures..

3. Le jeudi 15 mai 2008 à 10:55, par Alizée

Quelle chance tu as, embrasses Sean Penn pour moi!!

4. Le jeudi 15 mai 2008 à 10:59, par manulelillois

Enfin un billet de Cannes de notre petite Fadette. Nul doute que tu sauras t'immiscer dans toutes les salles, dans toutes les Fêtes, et nous rapporter du croustillant...ON VEUT DES PHOTOS SUR LE BLOG !!! Ici, les rumeurs de Cannes vu de Lille (je sais, c'est moins glam's) : Sean Penn ferait vraiment la gueule !? Les organisateurs auraient vraiment galéré pour trouver le film d'ouverture (pas à la hauteur de l'évènement ?) eu égard au fond-bond des frères Coën !? A part ça, les Ch'tis vont bien, sous le soleil, et à Cannes, il pleut !!!

5. Le samedi 17 mai 2008 à 13:25, par Cha

Ouais Fadette à Cannes!! Mais alors la culture générale c'est pas trop moi donc, C'est qui Sean Penn? Et c'est quoi les badges rose pastille??

ndlr: Sean Penn est le président du jury de Cannes, et un acteur au caractère connu pour être irascible. Mais c'est un grand acteur, oscarisé pour son rôle dans Mystic River de Clint Eastwood, et réalisateur de Into the Wild... Quant aux à la "guerre des roses", je vous renvoie aux épisodes précédents!

Les commentaires sont fermés.