08 juillet 2008

Cannes jour 11 : le jour d'avant

Par Fadette, samedi 24 mai 2008 à 17:23
Dernières projections en compétition et montée des marches

Premier volet: Fadette monte les marches.

Je ne pouvais pas faire autrement, c'était presque obligatoire, un rite de passage obligé. Monter les 24 marches du palais des festivals je l'ai fait tous les matins, et une bonne partie des après midis de cette semaine. Mais je ne l'avais pas encore fait avec public et photographes, pour une séance de projection officielle. Allons bon, c'eût été dommage de repartir sans. Le festival mettant gentiment à disposition des places lorsqu'on en fait la demande, je me suis donc retrouvée hier en tenue de soirée et stilletos sur le tapis rouge.

Première impression: c'est tout?! Très bien, les billets magiques permettent de passer devant une foule de badauds, qui ne regardent même pas les pauvres non-stars que nous sommes. Un peu d'envie dans les yeux ils sont nombreux à demander « vous n'auriez pas une invitation en plus »? Désolée...

Arrivée sur le tapis rouge, passage au milieu de deux rangs de photographes en train de mitrailler Emmanuelle Béart: je gêne. un peu plus loin pause obligatoire pour la séance photo. En fait de séance ce sera 2 prises: un gentil membre de l'organisation vient nous presser d'avancer. Bon, ok. 24 marches donc, en essayant d'éviter tous ceux qui se prennent aussi en photo. Et voilà. Le théâtre lumière. Sans ma carte de presse je suis moins bien placée que d'habitude, pas de chance. Dans la salle une petite caméra projette ce qui se passe dehors, on voit donc arriver les stars, d'Abel Ferrara à une « notabilité télévisuelle » dont je ne trouve plus le nom. Puis le calme s'installe, et l'équipe du film en projection arrive. Il s'agit de Synecdoche, New York. Photos sur le tapis, accueil officiel en haut des marches par Gilles Jacob et Thierry Fremaux, et arrivée dans la salle. Pour le coup je découvre une nouvelle coutume cannoise: même si l'équipe est nombreuse et compte des stars, n'est annoncé au micro que le réalisateur ou la réalisatrice. noir. Film. Ne me faites pas dire ce que je n'ai pas écrit. C'est une expérience fantastique que de monter les marches lors d'une séance de compétition à Cannes, et comme tout cinéphile j'en ai rêvé. Mais je dois avouer que depuis ce temps là j'ai rencontré des « stars », pu voir des films extraordinaires et discuter avec des personnes intéressantes et inaccessibles à Cannes. Alors si le rêve n'en reste pas moins joli une fois réalisé, et si la photo restera longtemps sur mon mur, je préfère me souvenir d'avoir pu couvrir le festival que d'avoir monté les marches.

Et je le prouve:

Deuxième partie, une bonne nuit de sommeil et c'est reparti.

Derniers films de la compétition: le Rendez-vous à Palerme de Wim Wenders et Entre les murs de Laurent Cantet. L'un décevant l'autre une très bonne surprise. Wim Wenders mélange les genres: crise existentielle d'un photographe et hommage. Le film est dédié à Michelangelo Antonioni, dont il cite Blow-up, et Ingmar Bergman, avec des citations de l'incontournable Septième Sceau. Le souci c'est que si l'hommage est plutôt bien fait, le film est l'un des moins bon de Wenders, et finit par lasser. Projection ce matin du dernier film de la compétition, le troisième film français: Entre les murs. Une année dans une salle de quatrième d'un collège parisien, entre documentaire et fiction. C'est drôle, dur et tendre. Laurent Cantet réussit la prouesse d'un film qui évite les clichés, ne juge pas et tient la route. Applaudissements fournis en projection presse (c'est assez rare pour être noté, et le dernier français dans ce cas avait essuyé les sifflets) et nouveau prétendant sérieux au palmarès.

Un palmarès qui pose problème. Même si en salle de presse les uns questionnent les autres pour rapporter la tendance à leurs médias respectifs une absence se fait jour: celle d'une palme d'or. Pas de grand coup de cœur, pas de film évident, pas de « bon sang mais c'est bien sûr! ». On parle, on murmure, mais au final personne ne sait vraiment qui se dégage du lot, qui risque d'être appelé sur scène, et, pire encore, qui il mettrait lui-même au palmarès. Dans une interview avec Le Monde Sean Penn annonce qu'il fera « l'inverse des Oscars »... Ça tombe mal pour Angelina jolie qui dans l'Echange de Eastwood interprète très bien un magnifique rôle à Oscar: celui d'une mère courage dans les années 20? Il regrette aussi qu'il n'y ait pas eu plus de comédies dans la sélection (et nous donc!). Un bon point pour Arnaud Desplechin et Charlie Kaufman? Espérons que c'est le cas pour le Conte de Noël!

Enfin... De toute façon le suspense sera fini demain soir, et le festival de Cannes pourra boucler la boucle. Je m'explique. Le film de clôture, What just happened? est l'histoire d'un producteur hollywoodien qui doit faire remonter en catastrophe par un réalisateur un film avec Sean Penn pour le présenter à Cannes. Tapis rouge etc, le film tourne un œil un peu cynique mais tellement drôle sur tout ce qu'est le Festival International du Film qu'on ne pourrait lui en vouloir. La parfaite façon de terminer cette 61ème édition, avec une célébration du septième art, tout en se rappelant que finalement ça n'est "que du cinéma".


Commentaires

1. Le samedi 24 mai 2008 à 17:28, par Fadette

Et une nouvelle qui fait plaisir... Le nouveau film de Bouli Lanners, réalisateur d'Ultranova, s'appelle Eldorado. Et la production belge vient de remporter deux prix à la quinzaine des réalisateurs: le prix "Regards jeunes" et celui du "label europa des cinémas"... Les félicitations sont de mise!
2. Le samedi 24 mai 2008 à 21:26, par missa

zut alors, on est obligés d'y croire avec la photo...bon c'aurait été plus classe avec Brad Pitt au bras, mais c'est un bon début!!!

3. Le samedi 24 mai 2008 à 22:17, par Cha

C'est bête quand même.. ON voit pas tes jambes!! On se demande bien pourquoi!!!

4. Le lundi 26 mai 2008 à 10:05, par martinpo

Moi je sais! C'est parce qu'elle revenait de la plage et qu'elle avait encore ses palmes (d'or...) !

5. Le mardi 27 mai 2008 à 10:39, par manulelillois

Avec ça, si tu reçois pas des propositions de rôles au cinéma... En attendant les castings, JCVD t'attend, je crois, et il est en pleine forme !

6. Le vendredi 30 mai 2008 à 10:56, par pierrot

Belle Fadette, mourir d'amour, tes belles mirettes me font!

7. Le dimanche 1 juin 2008 à 11:33, par Deber

On voit que c'est une photo derrière toi, on me l'a fait pas à moi !!

Les commentaires sont fermés.