08 avril 2009

Fast and Furious, interview de l'équipe

fastandfurious2.jpg2000 personnes, des voitures, des danseuses court vétues, et une équipe de grandes stars américaines. Le 18 mars dernier à L.A. (Lomme Angeles), c'est l'équipe de Fast and Furious 4 qui roulait des mécaniques.
Et, dans un petit coin, en face des télés, il y avait des journalistes "locaux"... Dont la Petite Fadette, et oui...
Et il faut avouer que 5 minutes, les yeux dans les yeux avec Paul Walker... Mêm si on est pro, on se dit qu'on fait un bien joli métier !
Allez, une petite retranscription de ces -grands- moments!

Et pour la Vidéo, c'est par là que ça se passe:
http://www.dailymotion.com/video/x8pkj3_fastfuriousbonavi...


fastandfurious.jpg

Justin Lin, quelle est votre voiture préférée ?
Justin Lin : En ce moment j'adore la Monte Carlo et la GNX. J'ai appris à aimer les voitures. J'ai grandi à une époque, où, les voitures américaines étaient grosses et méchantes, mais maintenant j'adore surtout leur look.

Les avez-vous détruites aussi vite que vos personnages ?
Justin Lin : Oui malheureusement. C'est très douloureux, parce que parfois nous devions filmer la voiture selon un certain angle, et je voyais l'équipe la scier en deux pour que nous puissions nous y installer pour filmer. C'était très douloureux.

Combien de voitures avez-vous détruites ?
Justin Lin : Certainement plus d'une centaine. Il y a une scène, où, la Torino percute une voiture dans un tunnel, c'est moins de deux secondes dans le film, mais nous avions six voitures pour cette seule cascade. Je voulais que tout soit réaliste, mais on doit en payer le prix en détruisant beaucoup de voitures.

C'était du gros boulot pour filmer ces cascades et ces courses de voitures ?
Justin Lin : Oui, c'était beaucoup de boulot, parce que il y a tellement d'éléments différents à gérer. Vous essayez de tirer le meilleur de chaque scène donc tout - les objectifs, l'équipe technique, les mouvements de caméra mais aussi les voitures - vous demande énormément de temps et de travail pour coordonner tout ça. Mais la bonne chose quand on travaille sur un film à gros budget ,c'est qu'on travaille avec les personnes parmi les plus talentueuses du monde, ça facilite beaucoup la tâche.

Au niveau de la sécurité on imagine que tout était au poil également ?
Justin Lin : Je viens des films indépendants à petits budgets, et avec celui-ci, chaque partie de la production avait un gros budget. C'était incroyable de se promener à trois heures du matin dans le centre de Los Angeles où nous avions littéralement acheté toute une partie de la ville, quelque chose comme huit pâtés de maisons, c'était comme si c'était à nous, alors tout était sécurisé. C'était irréel de se balader et voir la ville entièrement vide. On pouvait faire tout ce qu'on voulait, c'était comme un grand studio, il y avait beaucoup plus de place pour jouer et tous les jouets à disposition.

Letty, le personnage interprété par Michelle Rodriguez meurt dans le film dans les premiers plans, alors qu'il s'agit d'un des personnages principaux. Pourquoi l'avoir tuée ?
Justin Lin : Elle est un des personnages les plus aimés du film. On y a pensé quand nous écrivions le film en essayant de déterminer ce que nous avions besoin. C'est un de ces personnages dont le temps de présence à l'écran n'est pas la chose qui importe le plus. Comme vous pouvez le voir, elle n'est peut-être pas très présente à l'écran physiquement, mais pourtant elle est un des enjeux pendant tout le film.

On la verra peut-être réapparaître dans un "Fast And Furious 5" ?
Justin Lin : Ce qui est super avec "Fast And Furious", c'est qu'il y a vraiment une relation très étroite entre le public et les films et je pense que le public en a vraiment envie. (Pendant toute la promotion du film tous les efforts seront faits pour ne pas évoquer le fait que "Fast And Furious 5" est déjà prévu - et déjà tourné ! Ce qui provoque un jeu de dupes dans les interviews avec des petits malins comme nous... NDR )



Jordana Brewster, que pensez-vous du public français ?
Jordana Brewster : It's amâââzing ! Vous savez les Premières à Los Angeles ou à New-York sont beaucoup plus petites qu' ici. C'est incroyable de sortir de la voiture et de voir 5 000 personnes qui sont là pour vous.

"Fast And Furious 4" est un film d'action, mais vous êtes le seul personnage à ne pas avoir de scènes d'action. Pas trop frustrée ?
Jordana Brewster : J'aurais aimé faire plus de scènes d'action, ça aurait été super. Si il y en a un autre j'adorerais avoir des cascades à faire. J'adore ça. En faisant la dernière scène du film je pensais 'Wow ! Ca a l'air cool !'

Vous seriez donc dans le prochain ?
Jordana Brewster : Si il y en a un autre, j'adorerais. Avec plus de scènes d'action et de voitures à conduire !


faf1walker.jpg




Paul Walker, Jordana vient de nous dire que les Premières en Amérique sont plus petites que celles-ci. Elle blaguait ou quoi ?

Paul Walker : Non. Les Premieres à Los Angeles sont énormes, elles sont faites pour ça, mais ça perturbe la réception et l'énergie. Ici c'est vraiment cool, c'est une ville normale, loin de chez nous. On voit bien que le public a un vrai plaisir, on peut pas faire mieux que ça.

Quelle était la gageure de retrouver le casting original pour ce nouvel épisode ?
Paul Walker : C'est pas tellement une gageure. Le plus important c'est que tout le monde se retrouve à nouveau. Cela faisait vraiment longtemps. A un moment je me suis dit que le feeling original était vraiment là. C'était juste la bonne chose à faire. On a eu tellement de bons moments. Il faut prendre du bon temps quand on fait un film comme celui-là sinon le film ne marchera pas, franchement. On doit maintenir l'énergie et rester positif tout le temps.

Vous conduisiez vraiment les voitures pour ce film ?
Paul Walker : Et non. Dans le premier je conduisais pas mal, pour le second beaucoup moins, et sur celui-ci je n'ai quasiment pas conduit. C'était vraiment décevant, mais on a quand même eu du bon temps.



Michelle Rodriguez, Comment ressentez-vous les réactions du public ?
Michelle Rodriguez : C'est beau. C'est différent pour moi qui suis habituée à Cannes ou Paris. C'est une culture différente, c'est plus simple, plus humain. Et j'aime ça.

Votre personnage meurt dans cet épisode mais le doute est permis, à tel point qu'on se demande si elle ne va pas réapparaître à un moment...
Michelle Rodriguez : Je sais, on ne voit pas le corps, c'est perturbant ! On verra bien, c'est Hollywood. S'ils peuvent conduire une voiture, la faire traverser un immeuble, et la faire attérir sur une autoroute, je suis sûre qu'ils peuvent la faire revenir ! Mais je n'en sais rien.

Vous aimeriez qu'elle revienne ?Michelle Rodriguez : J'adorerais qu'elle revienne ! Vous savez combien je suis fatiguée de voir mourir à l'écran toutes les filles qui ne se laissent pas faire ?... Si ce n'est pas un film de science-fiction comme "Tomb Raider" ou "Resident Evil", si ça a l'air trop réaliste - 'Oh les gens peuvent vraiment conduire des voitures !' - on doit tuer tous ceux qui sont libres ou trop indépendants. C'est comme ça que je le ressens. Ce sont des mecs qui écrivent ces films, et la plupart du temps ils ne connaissent personne de cool, ils ne connaissent pas de filles cools, alors ils ne savent pas quoi écrire et ils les tuent quand ils sont à court d'idées !

Quels sont vos prochains projets ?
Michelle Rodriguez : "Avatar" de James Cameron devrait sortir à la fin de l'année. James Cameron... Pff ! Ce type est un pur génie. Ca sera l'équivalent pour la 3D de ce que "West Side Story" a été pour la couleur. 'Mouais de la couleur...' mais quand tu vois "West Side Story tu te dis 'Wow ! De la COULEUR !'. C'est la même chose avec la 3D : 'Mouais la 3D...', 'Wow ! 3D !'... Et il sait raconter des histoires que le monde entier peut comprendre.

Vous avez également produit un film vous-même récemment ?
Michelle Rodriguez : Oui, "Tropico De Sangre". Cela parle de la dictature en République Dominicaine dans les années cinquantes, jusqu'en 1960.

Maintenant vous contrôlez les choses alors...
Michelle Rodriguez : Oui ! (rires) J'essaie. Je commence avec un petit film, c'est un petit budget, un million de dollars, vraiment pas cher. Mais on essaie de raconter une bonne histoire.

Vous aimeriez changer de genre ? Passer par exemple de l'action à la comédie ?
Michelle Rodriguez : Oh, j'adorerais faire une comédie ! Mais personne n'est assez créatif pour penser à moi !



Vin Diesel, est-ce important pour vous de venir rencontrer votre public en France ?
Vin Diesel : C'est très important de rencontrer mon public français. C'est super de venir à Lille, loin de Paris qui récolte toutes les Premières. Ici il y a de vrais gens, de vrais fans, des gens qui vous crient leur remerciement pour avoir fait le film, c'est super. C'est une merveilleuse sensation.

C'était un défi pour vous de revenir dans "Fast And Furious" ?
Vin Diesel : C'est un défi démarré il y a longtemps. Je pense aux films au sens classique, une série doit être une continuation pas un démarquage ou du remâché. Alors, parfois, cela me prend du temps pour revenir à un personnage. Cela m'a pris cinq ans pour revenir à Riddick, huit ans pour revenir à Dom. Ils disent que je peux être perfectionniste avec les histoires, que je suis tatillon. Je veux être sûr que ce soit bien. Ils m'ont dit que si je faisais une apparition dans "Tokyo Drift" je pourrais produire celui-ci. En faisant cette apparition, j'ai réalisé que je ne pouvais pas être aussi tatillon par rapport au scénario, parce que les fans et le public se sont appropriés Dom Torreto. C'est ce que j'ai vu dans la réaction à cette apparition. Ils m'ont dit : "Tu peux produire celui-ci." J'ai alors passé quelques coups de fil pour réunir le casting original. Et on s'est mis au boulot.

Cela vous a plu de jouer dans "Fast And Furious 5" ?
Vin Diesel : Oh, oh... On ne l'a pas encore fait celui-là ! Peut-être pas ! On doit d'abord apprécier celui-ci. Laissez-les voir celui-là d'abord ! Je n'aime pas me presser vous savez ! Vous me mettez la pression, là ! (rires)

Les commentaires sont fermés.