22 mai 2009

cannes, jour 10, le roi Terry! (pre-view)


C'est une histoire triste, d'abord. L'imaginarium du Dr Parnassus, c'est le dernier film d'Heath Ledger, le comédien a eu son « accident » en milieu de tournage. Laissant une équipe dans le désarroi total. Mais, en accord avec son film, Terry Gilliam a décidé de continuer, il a réécrit, et 3 autres acteurs sont venus jouer des doubles du Tony-Heath; Johnny Depp, Jude Law et Colin Farrel. C'est donc un film, comme s'affiche sur l'écran « des amis de Heath Ledger ».
Mais finalement, on oublie vite tout cela, entièrement absorbés par le film d'un cinéaste au double prolifique. Le Dr Parnassus, c'est le père fondateur d'une troupe de théâtre errante. Une équipe composée de sa fille et d'un nain, qui va récupérer Tony sous un pont. Le principe de  leur spectacle? Une transe, une traversée du miroir, et on plonge dans un monde imaginaire, merveilleux ou non, selon ce que l'on a dans la tête. Mais le miroir cache un choix, celui peut vous sauver ou vous damner. C'est que le Dr Parnassus n'est pas un homme ordinaire. D'abord, il a 1000 ans, et puis  il est joueur. Mais comme son compagnon de jeu n'est autre que le Malin lui-même, ça devient compliqué. D'ailleur le dernier enjeu d'un pari, sa fille, lui cause bien du souci.
Mais qu'est-ce donc, nous direz vous? Une fable? Un drame? Une comédie ? Une histoire rocambolesque et baroque dans un univers sans limite? Un peu de tout cela. ET c'est bien là la magie de Terry Gilliam, qui parvient à nous faire croire à ces personnages, du théâtreux (forcément sans le sou), à sa fille rebelle, en passant par le diable, parfait Tom Waits.
Il s'appuie donc sur un univers visuel impeccable, sans faute, où qu'on pose le regard, tout est beau, pensé, il faudra résister, quand le dvd sera sorti, à la tentation de le mettre sur pause pour mieux voir... Il s'appuie aussi sur un montage sans défaut, rythmé, enlevé. Il règne dans cette histoire une fantaisie salutaire, surtout dans un festival où le cinéma a parfois tendance à se prendre au sérieux.

Les commentaires sont fermés.