12 novembre 2010

Arras, toujours

ours_blanc.jpgNon, n'insistez pas, je ne vous raconterais pas ce que l'on a pensé des films... Pour le reste...


Pour le reste, je veux bien tout vous raconter!

Comment je tappe cette note avec deux doigts, le reste de la main ankylosée, recroquevillée par le froid. Comment ça j'exagère? Si peu.

Jamais.

Enfin, peut-être est ce la faute du film Russe vu ce matin. Comment j'ai passé l'été. En trois mots: Artique. Froid. Ours. En plus? L'histoire de deux hommes isolés dans le froid, pour une obscure raison ils ont aussi une balise nucléaire qui affole le compteur geiger, et doivent relever diverses mesures à heures fixes. En gros, ça caille!

Il nous a bien fallu un bon déjeuner au chaud dans une nouvelle cave de la grand place d'Arras pour nous en remettre. Un déjeuner où on a bien failli parler du film, alors que nous étions entre jurys. Sacrilège!

Heureusement nous avons déjoué les pièges. Et parlé, dans le désordre et dans une liste non exhaustive, du bruit que font les coq en Gaélique (pas cocorico, je vous assure), de la subjectivité du critique et de fringues Alain Delon. Etrange? Possible...

Mais il nous faut tous un certain temps pour "digérer" un film, mettre en marche un processus critique qui parfois nous échappe. Et puis, des images, on ne va pas en manquer...

D'ailleurs je file, deux nouveaux films m'attendent!

 

 

ps: et puis en passant, une petite méchanceté, trouvée sur Very Demotivational:

demotivational-posters-rebooting.jpg

 

Les commentaires sont fermés.