18 mai 2011

Cannes, on prend les mêmes...

Ngroundhog-day.jpgon et puis non! C'est jamais pareil, et c'est toujours intéressant... Quoique..

(et si vous ne savez pas pourquoi il y a ici une marmotte... Un indice: perdu dans la traduction) (allez, vous pouvez le faire, j'attends vos commentaires, et je promets un cadeau cinéma à celui qui trouvera le plus vite!)


Donc...

On se lève à 8h30. On voit des films, on enchaîne, on prend un sandwich, et on écrit. On est à la bourre, parceque forcément les papiers ne s'écrivent pas tout seuls... On le dit aux lecteurs du blog, avant de filer voir un autre film, et un autre...

Et parfois on refuse une soirée privée parce qu'on ne sait même pas comment on tient encore les yeux ouverts.

Mais bon.

On a quand même vu un Lars Von Trier, Melancholia, long et un peu décevant, mais avec Eric Northman, alias Alexander Skarsgard (celui de la photo, en dessous, âmes sensibles s'abstenir (les filles, quand on clique ça s'affiche plus grand, enfin moi, je dis ça, je dis rien)). Blague à part, c'est une nouvelle réflexion métaphysique assez inspirée sur fond de fin du monde. Avec des images sublimes et des acteurs au top...

EricNorthman8.jpg

On a aussi assisté au plus beau dérapage du festival, celui de Lars Von Trier sur les nazis, le sexe et ses actrices. Oui, un dérapage de la longueur de la conférence de presse. Ca s'appelle de la provoc, en vrai.

 

 

 

 

melancholia-lars-von-trier-875283.jpg

On a aussi vu La Conquête. Décevante satire, qui n'a rien de satirique, dont les dialogues sont assez bien ciselés, mais qui peine à trouver sa place entre dénonciation et voyeurisme. Un anti-"W" d'Oliver Stone...

 

 

 

 

 

Et puis une rencontre sympa. Celle d'un humoriste nordiste du nom de Mash, qui bosse en tant qu'acteur sous son vrai nom, Maxime Lecluyse. Il est là pour promouvoir deux films, rencontrer plein de gens... C'est son premier festival, et il redonne un peu de peps. En plus il raconte plein de trucs sur son dernier tournage, sur le Roman Polanski rien de moins, que je vous promets de vous raconter vite!

IMG_1568.JPG

 

Oui, parce que là quand même... On est un peu parti, un peu naze. Etrangement les organisateurs ont décidé de nous montrer en fin de festival les films longs, drôle de calcul qui fatigue toujours un peu plus. Mais bon, là... Je suis à la bourre, je file voir un film de samouraïs, Ichimei... Et non, après je ne ferais pas Seppuku, j'en ai plus la force! ;)

Les commentaires sont fermés.