18 mai 2012

Cannes, comme un goût de... Non-week-end. (journal de vendredi)

Ici ce n'est pas le week-end qui est long, c'est le "non week-end" qui prime. A mesure que les jours passent, les carnets de rendez-vous multiplient les "à faire", "appeler", "rdv à", qui souvent se croisent...


Je crois que je n'ai jamais dit autant "on se voit plus tard" qu'à Cannes. Tout en sachant pertinement, ou presque que c'est pareil tous les ans, et que le plus tard finit souvent par être jamais...

 

Et comme si ça ne suffisait pas... il pleut!

Les commentaires sont fermés.