15 mai 2013

Cannes 2013, Because we Can...

Les-douze-coups-du-Festival-de-Cannes-2013_article_landscape_pm_v8.jpgCette fois ça y est... Pendant 10 jours le coeur des cinéphiles va battre au rythme de 23 marches à monter pour arriver au saint des saints: le palais des festivals.

Armée de mon piolet (oui, bon, mes baskets) et de ma corde d'alpiniste (quoi, la lanière du badge c'est pas pareil?), je vous emmène dans les coulisses du Festival de Cannes, version 2013.


La BO du jour: Because We Can, Fatboy Slim 

 

D'abord, laissez moi vous parler (ou pas, vous pouvez tout aussi bien arrêter de lire ici et aller vous faire cuire un oeuf. Mais laissez-moi un peu d'illusions s'il vous plaît) de MON Cannes. 

Parce que tout le monde ne vit pas le même festival.. 

 

Il y a quelques stars qui voient les paillettes, le glamour, les limousines et la montée des marches sous les flashs. Celles qui présentent un film, ou une grande marque de cosmétique. L'envers du décor c'est la cage dorée dans laquelle on les parque. Eh oui, du public et des photographes partout, ça a du bon pour l'image du festival, et du mauvais pour la vie de ceux qui ne peuvent pas faire un pas dans la ville et sont obligés de prendre leur limousine pour faire les 50m qui séparent les marches de l'entrée de leur palace.

 

Il y a les professionnels. Qui parlent sorties, distribution, contrats et prennent leurs rendez-vous à l'ombre des plages et des hôtels. Ceux là ne voient pas, ou presque, de films... Cannes c'est le rendez-vous pendant 15 jours de la profession entière, des exploitants aux producteurs: une aubaine qu'il ne faut pas laisser passer.

 

Il y a les cinéphiles. Qui veulent voir des films... Et se heurtent à la loi impitoyable des invitations, précieux sésames réservés souvent aux happy-few.

 

Et puis il y a les journalistes. Et laissez moi vous dire que ce Cannes là n'a rien à voir avec ce que vous avez pu voir à la télé.

Il faut d'abord être accrédité. Chose faite de mon côté, me voilà accréditée pour Galaxie FM, c'est inscrit en grand sur mon badge. La classe.

 

Photo du 15-05-13 à 16.23.jpg

 

(vous savez lire à l'envers bien sûr... je vais vous expliquer ensuite pourquoi je n'ai pas le temps de le remettre à l'endroit ce $*¨¨%& de badge)

 

La grande classe: je suis "rose". Ce qui veut dire que je peux me pointer à la projection presse 15 min avant le début de la séance et m'installer confortablement pendant que dehors patientent les "bleus", les "jaunes" et autres "orange", qui attendent depuis plus d'une heure, et n'ont que peu de chance d'accéder à un fauteuil. Le journaliste rose fait partie de la notabilité journalistique à cannes. L'aristocratie? Les "rose pastille" et les "blancs"... (les blancs sont en plus « presse soirée » ; pas besoin de carton d'invitation, de toute façon ILS RENTRENT. Classe)

On est toujours le petit de quelqu'un...;)

 

L'étape d'après c'est le programme. Entre les projections de la sélection officielle et celles des sélections parallèles on ne chôme pas. Qu'il fasse beau ? Ok. Qu'il pleuve ? Ok. De toute façon, on est en salle. De 8h30 du matin, heure de la première projo, à 22h, pour le cas où on zappe la dernière projection, souvent un doublé du film du soir.

Enfin, toujours est-il que rien que le programme officiel... Ben, c'est chargé.

 

Photo du 15-05-13 à 16.23 #2.jpg

Entre deux, on cale les directs, les plages d'écriture... Je vous fais le détail plus tard.

 

L'avantage, c'est qu'on voit les films avant. Ce matin par exemple, on a ouvert le festival. Avec le film qui sera projeté en séance officielle ce soir : The Great Gatsby.

Un Baz Luhrman déchaîné, et un rien too much, une histoire plus sombre qu'il n'y paraît, et un Leonardo DiCaprio sublime... L'opulence et le jeu d'acteur, un classique de la littérature et un cinéaste qui n'aime rien tant que la flamboyance... Une jolie métaphore d'un festival où auteur et glamour se côtoient ? Le tout mis en musique par Jay.Z, je vous assure que ça décoiffe. Peut-être un peu trop d'ailleurs. Un peu de sobriété n'aurait pas fait de mal à Gatsby !

 

Et, ah oui... je vous colle aussi la B.O. Du jour, avec du Baz Luhrman en très grande forme dans Moulin Rouge avec un « Because we Can » fort à propos !

Commentaires

Et pourquoi donc ce badge est-il à l'envers ? J'en reste sur ma faim ! :)

Écrit par : Perrine | 15 mai 2013

Parce que je fiiiiiiiile en projection bien sûr!

Écrit par : Fadette | 15 mai 2013

Les commentaires sont fermés.