21 mai 2013

Cannes. Et le septième jour, personne ne se reposa...

VIDEO-Michael-Douglas-est-meconnaissable-en-Liberace-pour-Steven-Soderbergh.pngNon parce qu'on a pas que ça à faire tout de même. Se reposer, et puis quoi encore? Je vous rappelle qu'il y a des marches à monter, des films à voir, des soirées à... Enfin, du boulot quoi! 




Plus que 5 jours... Et encore pleiiiiin de films à voir. Impossible de se reposer, il faut, sans relâche, remettre sur les marches ses talons, monter, se battre pour un fauteuil et repenser le cinéma. 

Oui, bon. Je vous l'accorde, le terme est légérement pompeux. D'ailleurs tout ceci est d'une vacuité quecritique-la-grande-bellezza-de-paolo-sorrentino,M111367.jpg pointe joliment La Grande Belleza. Le nouveau film de Paolo Sorrentino, présenté aujourd'hui qui se pose comme une "remise à jour" de La Dolce Vita. A savoir les jours et les nuits d'un écrivain vieillissant sans inspiration, roi des mondains romains, qui cherche la Beauté vraie. Un écrivain porté par le désormais incontournable et toujours impeccable Toni Servillo. De très jolis moments, une poésie certaine et des dialogues très drôles pimentent le film, qui manque par contre de quelques coups de ciseaux pour éviter de tourner en rond. 

D'ailleurs voilà le son du jour...

 


(vous ne pourrez pas dire que je ne suis pas éclectique!)

Et puisque c'est une bonne journée, la projection du matin (toujours 8h30. Oui, c'est toujours trop tôt!) a été aussi une très belle découverte. Ma vie avec Liberace, c'est le nouveau film de Steven Soderbergh, qui conte les amours d'un jeune homme presque innocent et d'un pianiste de Las Vegas, roi du bling. Une histoire passionnelle que Soderbergh conte avec beaucoup d'humour et une caméra presque formaliste. Il peut se le permettre, ses deux interprètes lui laissent le champ libre, il faut dire que quand on a Matt Damon et un Michael Douglas en si grande forme... Il est difficile de se priver. De quoi revoir le "palmarès à jour" et y inclure les deux acteurs? Bien sûr! Pour la petite histoire, le film arrive à Cannes précéd

behind-the-candelabra-big.jpg

é d'une réputation sulfureuse, puisque Soderbergh avait expliqué en janvier que les studios hollywoodiens avaient refusé de financer ET de distribuer son film, jugé "trop gay"! 

Décidément, c'est la tempête dans les salles. Heureusement, ça l'est moins sur la Croisette, où le soleil brille et où les badauds sont repartis travailler, ne laissant sur les trottoirs que des "badgés" et quelques habitués, notamment ceux qui ont cadenassé leurs escabeaux au pied des marches. Mais ça... je vous en parle demain. Là il faut que je file voir un thriller, une histoire de famille sur fond de cannibalisme. J'espère que ce sera... mordant. (oui, facile, mais efficace!)

 

 (pour les curieux qui voudraient savoir à quoi ressemble une tête de festivalier après 7 jours... C'est à peu près comme ça: 

06 Batman Dark Knight.jpgsur ce, je vais racheter de l'anti-cernes... ;) )

Les commentaires sont fermés.